Hypnose : Qu’est-ce que c’est, et ça marche ?

Trouble du sommeil paradoxal : Symptômes, causes et traitement
décembre 16, 2018
Inuline 101 – Une fibre prébiotique aux puissants bienfaits pour la santé
décembre 16, 2018

Hypnose : Qu’est-ce que c’est, et ça marche ?

Hypnose : Qu’est-ce que c’est, et ça marche ?

L’hypnose fait la frontière entre le charlatanisme et la thérapie depuis le XVIIIe siècle environ, mais elle a récemment pris de l’ampleur comme traitement alternatif pour de nombreux troubles. Qu’est-ce que l’hypnose, est-ce qu’elle fonctionne, et si oui, comment ? Nous enquêtons.
L’hypnose est-elle réelle ? Dans l’affirmative, que fait-elle réellement ? Depuis le XVIIIe siècle, l’hypnose est entourée d’une aura de mystère.
Le terme “hypnose” est dérivé du mot grec ancien pour “sommeil” (“hypnos”).
Les recherches suggèrent qu’il a été inventé au début du XIXe siècle par Étienne Félix d’Henin de Cuvillers, un Français intéressé par le rôle de la suggestion sur l’esprit et par les processus mentaux et comportementaux qui ont eu lieu lorsque quelqu’un est tombé dans une transe hypnotique. D’autres sources suggèrent que c’est le chirurgien écossais James Braid qui a inventé ce terme.
Cependant, le concept de transe hypnotique est né plus tôt, au XVIIIe siècle, avec le célèbre physicien allemand Franz Mesmer. Mesmer prétendait qu’il pouvait montrer l’existence de quelque chose qu’il appelait “le magnétisme animal”, qui est un fluide invisible qui “coule” entre les hommes, les animaux, les plantes et les choses, et qui peut être manipulé pour influencer le comportement des gens.
Les pratiques simulées de Mesmer ont donné un mauvais départ à l’hypnose, mais l’intérêt pour son potentiel a persisté dans la sphère médicale. Aux XXe et XXIe siècles, l’hypnose a continué d’être explorée et les spécialistes ont acquis une meilleure compréhension de ce qu’elle est et comment elle peut parfois être exploitée pour apporter des bienfaits pour la santé.

Que savons-nous de l’hypnose ?

Une revue récente publiée dans la revue Neuroscience and Biobehavioral Reviews a défini l’hypnose comme une sorte de régulation descendante de la conscience consciente, un processus dans lequel “les représentations mentales (…) l’emportent sur la physiologie, la perception et le comportement”.
Comme l’expliquent les auteurs, l’hypnose comporte deux éléments principaux : l’induction et les suggestions. L’induction hypnotique est la première suggestion faite au cours du processus d’hypnose, bien que son contenu fasse encore l’objet d’un débat.
Les suggestions sont généralement exprimées sous forme d’implications qui suscitent des réactions apparemment involontaires de la part des participants, qui ne croient pas avoir beaucoup ou pas du tout de contrôle (ou d’agence) sur la situation.
Certaines personnes sont également plus “suggestibles” que d’autres, et les chercheurs ont constaté que les personnes très suggestibles sont plus susceptibles d’avoir un sens réduit de l’agence sous hypnose.
La suggestibilité hypnotique a été définie comme ” la capacité d’éprouver des changements suggérés dans la physiologie, les sensations, les émotions, les pensées ou le comportement “.
Certaines zones du cerveau activées pendant l’hypnose comprennent le cortex préfrontal, le cortex cingulaire antérieur et les réseaux pariétals.
Les techniques de neuroimagerie ont montré que les personnes très suggestibles présentent des niveaux d’activité plus élevés dans le cortex préfrontal, le cortex cingulaire antérieur et les réseaux pariétals du cerveau pendant différentes phases de l’hypnose.
Il s’agit de zones du cerveau impliquées dans une gamme de fonctions complexes, y compris la mémoire et la perception, le traitement des émotions et l’apprentissage des tâches. Cependant, les mécanismes cérébraux spécifiques impliqués dans l’hypnose ne sont toujours pas clairs, bien que les scientifiques commencent à reconstituer le profil neurocognitif de ce processus.

Hypnose et cognition

De nombreuses études lient spécifiquement l’hypnose aux processus cognitifs et la décrivent comme ” un phénomène de concentration réceptive attentive “. Certaines données indiquent le rôle de l’hypnose dans le contrôle de l’attention sélective.
La relation entre l’hypnose et les états d’attention est renforcée par les résultats d’expériences passées, dans lesquelles la suggestion hypnotique était utilisée pour modifier différents types de perception.
Par exemple, la suggestion a été utilisée pour induire l’agnosie, qui est un état dans lequel le cerveau peut percevoir mais est incapable de reconnaître divers stimuli externes. D’autres expériences ont utilisé des suggestions pour manipuler le traitement visuospatial, c’est-à-dire la capacité du cerveau d’identifier des objets dans l’espace et de reconnaître des formes.
De tels effets ont souvent fait de l’hypnose un attrait pour le showbiz et, lorsqu’elle est traitée comme un tour de magicien, elle provoque des rires et des halètements de joie. Cependant, la pratique de l’hypnose a parfois attiré un autre type d’attention, lorsque les cascades des “hypnotiseurs” amateurs ont semblé avoir des résultats tragiques.
Une personne à la fin d’une de ces expériences douteuses a décrit ses mésaventures et son sentiment d’anxiété à la suite d’une telle expérience.
“J’étais dans cette transe. On m’a dit que je ne pourrais pas trouver ma chambre[d’hôtel] parce que tous les numéros de chambre seraient changés en chinois. J’ai été perdu pendant 20 à 25 minutes en marchant. Je voyais les lettres chinoises, les lignes bizarres et tout.

Attention ! Cet article à été publié par un bénévole, il est en cours de validation par l’administrateur et les informations n’ont pas encore été vérifiées par un professionnel de la santé

Une question ? Une correction ? Une mise à jour ? Un problème ? RDV sur notre page Contact, Merci