Le travail de nuit peut toucher davantage les femmes que les hommes

Le nouveau-né dort trop : Qu’est-ce qui est normal et que faire ?
décembre 16, 2018
Comment pouvez-vous faire perdre vos eaux et est-ce que c’est sans danger ?
décembre 16, 2018

Le travail de nuit peut toucher davantage les femmes que les hommes

Le travail de nuit peut toucher davantage les femmes que les hommes

Le travail de nuit par quarts pourrait affecter la capacité des femmes à fonctionner davantage que celle des hommes, suggère une étude qui compare le rendement des hommes et des femmes après 28 heures de travail par jour, ce qui retarde leur cycle sommeil-éveil jusqu’à ce qu’il soit désynchronisé avec leur horloge biologique interne de 24 heures.
L’étude est la première à montrer que les cycles sommeil-éveil décalés affectent la capacité des hommes et des femmes à fonctionner différemment.
L’étude – réalisée par le Surrey Sleep Research Centre (SSRC) de l’Université de Surrey, au Royaume-Uni, et publiée dans les Actes de la National Academy of Sciences – est la première à montrer que les cycles sommeil-éveil décalés affectent la capacité des hommes et des femmes à fonctionner différemment, révélant des différences clés dans la performance cognitive et des changements d’humeur.
La première auteure, la Dre Nayantara Santhi, chercheuse au SSRC, dit :
“L’extrapolation de ces résultats suggère que les femmes peuvent être plus affectées par le travail de nuit que les hommes.”
Selon les auteurs, l’étude pourrait avoir des conséquences importantes pour les femmes qui travaillent de nuit dans des professions comme les soins infirmiers et la police.
Notre horloge biologique, ou rythme circadien, régule les cycles quotidiens de notre corps pendant que nous passons du jour à la nuit et de l’état de veille au sommeil. Une “horloge maîtresse” dans le cerveau coordonne les horloges de différents processus – par exemple, la production d’hormones, le métabolisme et la tension artérielle – pour qu’elles soient synchronisées.
Il est prouvé que certaines caractéristiques circadiennes – comme la fréquence de l’horloge et la taille des hauts et des bas dans la production de l’hormone du sommeil mélatonine – diffèrent entre les hommes et les femmes, mais les auteurs font remarquer qu’ils sont les premiers à voir si ces différences s’étendent à la fonction mentale.

Les changements du rythme circadien affectent le cerveau différemment chez les hommes et les femmes

Pour l’étude, les chercheurs ont placé 16 hommes et 18 femmes volontaires sur des journées de 28 heures dans un laboratoire de sommeil contrôlé au SSRC. Cela signifie qu’ils ont connu des changements jour-nuit sur une période de 28 heures au lieu de la période de 24 heures de leur rythme circadien intégré.
Au fil des jours, les participants ont commencé à ne plus être synchronisés avec leur horloge interne – un peu comme lors des quarts de travail ou à cause du décalage horaire, par exemple.
Toutes les 3 heures pendant la partie éveillée de leur journée de 28 heures, les participants ont subi une série de tests objectifs de leurs performances – tels que l’attention, le contrôle moteur et la mémoire de travail. Ils ont également effectué des tests subjectifs – autoévaluations de la somnolence, de l’humeur et de l’effort.
Les chercheurs ont également pris des lectures continues (électroencéphalogrammes, ou EEG) de l’activité électrique dans le cerveau des participants pendant leur sommeil.
Les résultats ont montré que, tant pour les hommes que pour les femmes, les mesures subjectives – les autoévaluations – étaient plus sensibles aux effets du temps d’éveil et du rythme circadien que nombre des mesures objectives du rendement.
Mais la constatation la plus importante était que l’effet sur les mesures objectives du rendement était plus marqué chez les femmes que chez les hommes ; elles montraient que les femmes obtenaient de moins bons résultats au petit matin, c’est-à-dire au moment où un travailleur de nuit quitte son quart de nuit.
Derk-Jan Dijk, professeur de sommeil et de physiologie à l’Université de Surrey, conclut l’auteur principal :
“Ces résultats montrent que chez les hommes et les femmes, la rythmicité circadienne affecte les fonctions cérébrales et que ces effets diffèrent d’un sexe à l’autre de manière quantitative pour certaines mesures des fonctions cérébrales.
Il souligne également que l’étude souligne l’importance d’inclure des sujets masculins et féminins dans ce type de recherche et d’utiliser une série de mesures subjectives et objectives du fonctionnement cérébral.

Attention ! Cet article à été publié par un bénévole, il est en cours de validation par l’administrateur et les informations n’ont pas encore été vérifiées par un professionnel de la santé

Une question ? Une correction ? Une mise à jour ? Un problème ? RDV sur notre page Contact, Merci